Sainte-Luce renoue avec la Loire

Sainte-Luce renoue avec la Loire

 

Participation au Voyage à Nantes, projets de relèvement du seuil de Bellevue et de doublement du pont, aménagements touristiques et écologiques du futur parc Loire 2030 : le fleuve redevient un enjeu majeur pour l’aménagement de Sainte-Luce. Sainte-Luce mag vous explique comment le fleuve qui a donné naissance à la commune est désormais au coeur de son actualité et de son avenir.

 

Comme toutes les grandes villes françaises, Nantes s’est construite autour de son fleuve, à l’origine la première des voies de communication. Elle lui doit son développement et son organisation, même si les canaux qui faisaient son identité ont été vidés au cours du XXe siècle. Idem pour Sainte-Luce, petit bourg de 1000 habitants en 1900 (15 fois plus aujourd’hui !), dont l’activité principale fut longtemps liée à celle des maraîchers et des pêcheurs de Loire. Depuis, la commune s’est tournée vers le nord, la route de Paris, pour accueillir des activités économiques, et vers Nantes, à laquelle elle est reliée par l’axe principal, la route de Thouaré. Pourtant, les atouts ligériens de Sainte-Luce sont nombreux, dans une commune dont 350 hectares sont situés en bord de Loire, c’est-à dire entre la voie ferrée et le fleuve, zone désormais non constructible et protégée. "Il y a l’île Clémentine, la plus petite des îles de Loire de l’agglomération nantaise, des étangs (Plessis et Gironnière), le village de Bellevue, des espaces naturels et agricoles très rares en première couronne de l’agglomération, un patrimoine architectural (domaines et châteaux) et des activités économiques (camping, restauration, artisanat...). Sans oublier un charme particulier, dû aux couleurs changeantes du fleuve selon les moments de la journée. Bref, les atouts sont là, reste à les mettre en musique", argumentent le maire Jean-Guy Alix et Jean-Louis Vasserot, conseiller municipal en charge de la Loire.

 

L'île Clémentine

 

 

pucesbleuesVoies vertes

 

La route des Sables s’est vue dotée d’une voie verte éclairée de 3 mètres de large

 

Pour cela, il est d’abord nécessaire d’améliorer les accès piétons et cyclistes vers les bords du fleuve, très fréquentés par les promeneurs et les familles. En 2017, la route des Sables s’est vue dotée d’une voie verte éclairée de 3 mètres de large permettant le cheminement sécurisé des marcheurs et des cyclistes. Ce printemps, c’est au tour de la rue du Plessis-Maillard d’être ainsi aménagée, créant ainsi un cheminement sécurisé complet entre la route de Thouaré et le fleuve (au niveau de la Sablière). Ces travaux sont réalisés par Nantes Métropole à la demande de la mairie, pour un coût de 1,1 million d’€.

 

 

pucesbleuesVoyage à Nantes

 

Germain Bouilland, le nouvel exploitant de la Sablière

 

L’ouverture de La Sablière, le site lucéen du Voyage à Nantes, est un jalon important dans la réappropriation et la valorisation des bords de Loire lucéens. Jusqu’à présent, le site de l’ancienne sablière était un terrain vague que des commerçants ont eu la bonne idée d’exploiter pour y installer une buvette. En 2017, le Voyage à Nantes et la mairie ont souhaité aménager cet espace appartenant à l’État (Voies Navigables de France) pour créer une étape conviviale de l’itinéraire Loire à Vélo, permettre une vue sur le fleuve et pérenniser une activité économique de buvette. Le 1er juillet 2017, La Sablière a été officiellement inaugurée, avec une estrade permettant d’admirer le paysage, des tables, mange-debout et parasols pour accueillir promeneurs et clients de la buvette. La Ville était dans l’obligation légale de mettre en concurrence la concession de buvette. Le prestataire précédent n’a pas souhaité participer et la mairie a retenu un nouvel exploitant pour la gérer. Il s’agit du Nantais Germain Bouilland. Celui-ci a séduit la mairie par son projet s’appuyant sur le tissu économique local, son expérience dans le commerce itinérant, une offre qualitative de restauration rapide et des animations régulières. En 2018, la mairie a investi 50 000 € pour enrichir le site, doté désormais d’une aire de jeux (pétanque, molkky...), d’un muret le séparant davantage de la rue, d’une échoppe et de toilettes sèches. Parmi les autres nouveautés prévues pour l’été 2018, des paniers de livres mis à disposition par la médiathèque.

 

 

pucesbleuesLit du fleuve

 

Favoriser les déplacements doux

 

L’actualité de la Loire, c’est aussi le projet de restauration du seuil de Bellevue, dans le cadre du programme de rééquilibrage du lit de la Loire entre les Ponts-de-Cé et Nantes. L’objectif ? "Améliorer le fonctionnement hydraulique et écologique du fleuve au moyen de plusieurs interventions menées sur 3 secteurs prioritaires", explique Voies Navigables de France (VNF). En effet, au cours des XIXe et XXe siècles, les interventions de l’homme sur la Loire pour améliorer les conditions de navigation et exploiter le sable ont bouleversé la dynamique du fleuve, avec pour effet son creusement, un abaissement du fil d’eau et un envasement voire un assèchement des bras secondaires et des étiers. Le plan Loire Grandeur Nature vise à lutter contre tous ces phénomènes. 42 millions d’€ vont être consacrés par VNF qui va traiter 30 kilomètres et remodeler 150 épis, des ouvrages enrochés installés au début du XXe siècle pour faciliter la navigation. VNF a pour projet d’intervenir sur 3 sites, entre Montjean et Ingrandes-Le-Fresnes sur Loire, entre Anetz et Oudon et à Bellevue, entre Sainte-Luce et Saint-Julien-de-Concelles. "Le but est de créer un ouvrage pour ralentir le cours de l’eau, favoriser le dépôt des sédiments et assurer la remontée du fil de l’eau, en particulier à marée basse durant la période d’étiage", souligne Jean-Louis Vasserot, qui suit le dossier en mairie. Deux variantes du projet ont été soumises à concertation cette année, avant l’enquête publique prévue en 2019 et un début des travaux en 2020 (pour une durée de 1 à 3 ans selon le projet retenu). À Bellevue, la restauration du lit devrait faire augmenter la ligne d’eau d’étiage à marée basse de 75 cm à 85 cm, sans pour autant augmenter le risque de crue, puisque la restauration des bras permettra un meilleur écoulement de l’eau. Ainsi, dans le cas d’une crue équivalente à celle de 1982, les travaux augmenteront le niveau du fleuve de 3 cm (projet 1) et le feront baisser de 4 cm (projet 2). L’un des projets envisage le rétrécissement du chenal actuel, l’autre un retour du cours ancien du fleuve, déplacé vers sa rive droite, la Loire redevenant navigable à Sainte-Luce. Concrètement, il s’agira de faire sauter les enrochements (épis) pour réorienter les flux du fleuve.

 

 

pucesbleuesDoublement du pont

 

Le pont de Bellevue

 

Non loin, c’est le complexe de Bellevue, autrement dit le pont permettant au périphérique nantais de traverser la Loire à Sainte-Luce, qui doit être aménagé dans les prochaines années. Cet ouvrage construit en 1971 a déjà été doublé en 1990. Aujourd’hui, le périphérique intérieur est régulièrement bloqué le soir aux heures de pointe. D’où le projet d’un nouveau pont, en aval de celui existant (côté Sainte-Luce), ainsi que de nouveaux aménagements des échangeurs de la porte d’Anjou et de la porte du Vignoble pour fluidifier la circulation. La concertation aura lieu en 2019, suivie d’une enquête publique en 2021/2022.

 

 

pucesbleuesParc loire

 

Le village de Bellevue © VNF

 

Mais plus encore que ces aménagements structurants qui ne concernent pas que Sainte-Luce, l’avenir de la Loire lucéenne, c’est le projet de "Parc Loire" mené actuellement par la municipalité et dont les grands principes sont présentés au conseil municipal du 26 juin. Dès 2017, le maire Jean-Guy Alix a sollicité deux études prospectives sur le sujet, l’une confiée au Conseil de Développement Lucéen, l’autre au CAUE (Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement) de Loire-Atlantique. "Ces différentes réflexions mettent en avant un potentiel de développement touristique important pour les bords de Loire lucéens", précise Jean-Louis Vasserot. Plusieurs grandes orientations ont été mises en avant, qui seront approfondies dans le cadre d’un travail participatif avec des associations et des citoyens :

pucesbleuespetitLa valorisation des bords de Loire, notamment en apaisant la circulation sur la promenade de Bellevue et en mettant en valeur le village et son manoir ;

pucesbleuespetitLe développement du site du Voyage à Nantes, en renforçant les animations et la qualité de l’aménagement ;

pucesbleuespetitLa renaturation de l’île Clémentine, en redonnant sa place à la nature et en renforçant son caractère insulaire. "Le but est de la transformer en observatoire de la nature et de limiter l’empreinte humaine sur place en lui faisant retrouver son caractère d’origine" ;

pucesbleuespetitLe maintien et le développement du camping Belle-Rivière, un établissement 3 étoiles, très apprécié des touristes de la Loire à vélo ;

pucesbleuespetitL’aménagement des étangs du Plessis et de la Gironnière ;

pucesbleuespetitLa création de circuits pédagogiques consacrés à la biodiversité ligérienne ;

pucesbleuespetitLa mise en valeur de l’activité agricole (vergers, ferme pédagogique, permaculture, jardins familiaux...) ;

pucesbleuespetitUne réflexion sur le devenir de l’activité économique (entreprise la Florentaise, extraction de sable).

 

"Certaines actions vont pouvoir être menées rapidement, explique le maire Jean-Guy Alix. Je pense au camping ou à la renaturation de l’île Clémentine. D’autres prendront plus de temps, avec l’intervention de nombreux acteurs, dont Voies Navigables de France, l’État, Nantes Métropole, la Région. C’est un projet de longue haleine, essentiel, qui consiste à redonner une forte identité aux bords de Loire lucéens".

 

Parc Loire 2030 : les 5 thématiques

Le projet de parc Loire 2030 s’est fixé 5 thématiques prioritaires, qui seront développées en ateliers avec les associations et citoyens jusqu’en mars 2019 :

pucesbleuespetitValoriser et entretenir les bords de Loire

pucesbleuespetitAménager les espaces publics et les accès

pucesbleuespetitValoriser et protéger le patrimoine bâti et naturel

pucesbleuespetitConforter et développer le tissu d’activités

pucesbleuespetitValoriser les villages

 

Vendredi 27 juillet 2018

 

Partager

Suivez-nous sur

Accès rapide