Sainte-Luce avant 1900

Sainte-Luce avant 1900

 

pucesbleuespetit550 : Saint Félix, évêque et gouverneur de Nantes, aurait possédé une résidence appelée «Cariacum», proche de l’emplacement actuel du château de Chassay.

 

pucesbleuespetit1461 : L’évêque de Nantes, Amaury d’Acigné, fit creuser les douves de Chassay.

 

pucesbleuespetit1462 : François II, duc de Bretagne, confisqua le domaine de Chassay à Amaury d’Acigné à cause du refus de ce dernier de prêter serment de fidélité.

 

pucesbleuespetit1598 : Le 13 avril, Henri IV, roi de France, fut reçu à Chassay par l’évêque Philippe du Bec avant son entrée à Nantes et la signature de son célèbre Edit (le 30 avril 1598).

 

pucesbleuespetit1626 : Le cardinal de Richelieu, venu à Nantes pour y étudier les intérêts du commerce, séjourna au château de la Haie.

 

pucesbleuespetit1760 : Suite à vingt ans de procédure juridique autour de la délimitation des paroisses de Sainte-Luce et de Carquefou, des bornes aux armes du chapître1 d’un côté et du prieuré de la Magdelaine de l’autre (les deux parties opposées) furent plantées pour matérialiser la frontière entre les deux paroisses.

 

pucesbleuespetit1790 : Le premier maire de la commune était aussi curé de la paroisse : l’abbé Louis-Casimir Colas.

 

pucesbleuespetit1791 : Conséquence de la Révolution française, l’église, le presbytère, le château, et les autres terrains appartenant à l’Eglise furent vendus comme bien nationaux.

 

pucesbleuespetit1793 : Des Lucéens participèrent à l’insurrection contre la levée de troupes pour lutter contre les puissances monarchiques européennes qui menaçaient les frontières de l’Est.

 

pucesbleuespetit1808 : Le 11 août, Napoléon Ier, en route pour Nantes, passa par la route de Paris. La population s’était massée pour l’acclamer.

 

pucesbleuespetit1851 : Le 21 août, la ligne de chemin de fer Nantes-Angers qui passe par Sainte-Luce était ouverte. La gare de Sainte-Luce, au Petit-Plessis, fut mise en service fin août. (Mise en annexe de 1955 à 1970, puis détruite en novembre 1978).
Le déplacement du cimetière jugé trop petit2 fut envisagé et un terrain choisi. Mais la commission d’hygiène refusa ce terrain comme impropre à l’inhumation. Le projet fut rejeté de nouveau en 1857 parce que la destruction de l’ancienne église allait libérer de la place.
Construction de la mairie et de l’école communale à l’angle du chemin de Chassay et de la route de Thouaré. Un calvaire qui était à cet emplacement fut déplacé au bout du jardin du presbytère et une croix fut placée au-dessus du puits public pour rappeler le calvaire. D’après l’abbé Grégoire (curé de Sainte-Luce de1896 à 1907), cette construction greva le budget déjà maigre, ce qui contribua à l’abandon du projet de déplacement du cimetière.

 

pucesbleuespetit1878 : Le 25 mars, la nouvelle église (celle d’aujourd’hui) était ouverte au culte. Trop petite et délabrée, l’ancienne église (située dans l’ancien cimetière, à l’entrée ouest de la ville) fut détruite.

 

pucesbleuespetit1899 : Le conseil municipal rejeta en bloc un projet de construction de caniveaux et de trottoirs dans la traverse du bourg. L’abbé Grégoire s’en étonna d’autant plus que , disait-il, «cette partie du bourg est, par le temps de pluie, un cloaque d’eaux croupissantes et malsaines, ce qui nuit autant à la santé publique qu’à la propreté». Dans le bulletin paroissial «l’Echo des Familles» de juillet 1902, l’abbé Grégoire notait à propos des rues de Sainte-Luce : «Les rues de notre petite bourgade, pourtant si près de la ville et visitée chaque dimanche par tant de Nantais, ne forment, par le temps pluvieux, qu’un cloaque de boues et d’eaux stagnantes, les places sont envahies par les mauvaises herbes comme un lieu de désert (...) Des caniveaux et des trottoirs, c’est tout ce qu’il y a de plus désirable.» Le projet ne fut voté qu’en 1911 !

 

 

1 Le chapitre était l’assemblée des chanoines, c’est-à-dire des membres du conseil de l’évêque.

 

2 Selon les notes de l’abbé Grégoire, le cimetière était déjà insuffisant pour la population en 1831.

 

Partager

Accès rapide