École Saint-Vincent : l’entraide au cœur du projet

École Saint-Vincent : l’entraide au cœur du projet

 

Dans cet établissement, l’entraide est une réponse aux difficultés scolaires.

Bien sûr, ses objectifs reposent sur les orientations de l’éducation nationale et ceux de la direction diocésaine dont elle dépend. Mais l’on sent qu’il s’agit aussi d’une conviction, inscrite dans le projet d’établissement : "faire de l’école un lieu d’attention aux personnes en situation difficile". C’est le pilier numéro 4, décrit par le directeur Philippe Éon, qui nous reçoit devant une fresque réalisée par les enfants. L’école Saint-Vincent se veut "un lieu de formation et d’expression". L’avenir des enfants qui ont une scolarité plus difficile est particulièrement important pour le directeur et son équipe : "dans le cadre de notre projet pédagogique, nous travaillons sur la mutualisation et sur l’aide". Au quotidien, c’est un élève de CM1 ou CM2 qui va faire la lecture aux plus petits, ou un enseignant qui va accompagner un enfant dans le cadre d’une démarche individualisée. Autre exemple, une classe "contes et légendes", qui aura lieu la semaine prochaine dans les Côtes d’Armor : "chaque enfant se produira devant ses camarades. Il n’y a pas de petit rôle".

Confiance. Le but ? "Faire en sorte que chaque élève comprenne qu’il sait faire quelque chose. Redonner la confiance. C’est la clé de la réussite". Cette approche solidaire et collective est aussi une réponse à la société "individualiste". "Les enseignants et le personnel font un travail extraordinaire, souligne le directeur. Nous essayons de résoudre les problèmes de façon collective". L’équipe compte une quarantaine de personnes, pour moitié des enseignants, pour moitié l’équipe administrative et de restauration. "C’est aussi une école ouverte aux parents, qui s’engagent dans l’Ogec ou l’Apel", souligne Philippe Éon. L’établissement, qui a construit l’an dernier 2 nouvelles classes et une salle de CP, a fait le choix en 2013 de conserver la semaine de 4 jours. "Les parents et les enseignants y étaient largement favorables. Et l’impact financier était important".

 

Lundi 9 octobre 2017
 

Partager

Suivez-nous sur

Accès rapide